Ergonomie et design

Le Xiaomi Mi 9 se dote d’un triple module photo arrière, d’un capteur d’empreintes sous l’écran, du processeur SoC Snapdragon 855 et d’une dalle Oled. Voici donc un des fleurons du constructeur chinois. Ce smartphone fait le plein de promesses en performances, en autonomie, en ergonomie et en photo.

Le Xiaomi Mi 9 est un smartphone réussi sur le plan esthétique. Son dos en verre et ses finitions lui donnent une allure premium. À l’avant, la dalle Oled de 6,4 pouces occupe tout de même 85 % de la façade, un ratio atteint grâce à la présence d’une encoche en goutte d’eau qui offre une belle expérience d’écran « bord à bord ». Positionné sous la dalle de l’écran, le capteur d’empreinte qui se dessine sur la dalle éteinte apporte également un certain charme.

La qualité est bien présente et se fait ressentir. Les boutons latéraux, de volume et de verrouillage tombent naturellement sous le doigt. Le capteur d’empreinte se révèle très réactif. Xiaomi a ajouté un bouton Google Assistant sur la tranche droite. Ce bouton est bien placé. Il eut être personnalisé. Un long appui ou un double-clic peuvent donc servir à lancer l’appareil photo, allumer la lampe torche, activer le mode lecture ou encore ouvrir l’application précédente.

Le tableau est un peu terni par l’absence de certification IP car ce smartphone n’est pas étanche. sans port micro SD, il faudra faire avec les 64 ou 128 Go de mémoire interne, selon les versions.

Écran

Xiaomi Mi 9 propose une dalle Oled de grande qualité. Sur sa diagonale de 6,4 pouces, elle affiche 2 340 x 1 080 px pour une résolution de 403 ppp. Fabriquée par Samsung, cette dalle se montre exemplaire dans tous les domaines, ou presque. Il est cependant nécessaire de faire un rapide crochet dans les paramètres pour en tirer le meilleur. Il faudra ainsi cliquer sur « Affichage », puis « Contraste et couleurs » avant de choisir le profil « Par défaut ».

En termes de colorimétrie, le delta E moyen est de 1,7 et la température des couleurs (6 550 K) atteignent des valeurs idéales. À noter que, Oled oblige, on se trouve ici avec un taux de contraste infini et une rémanence nulle. Autant dire qu’il s’agit d’un écran parfaitement calibré. En plus d’être agréable à l’œil, la dalle du Mi 9 se montre performante. Sa luminosité grimpe ainsi jusqu’à 437 cd/m², une valeur suffisante pour assurer une bonne lisibilité, même en plein soleil. Elle est bien aidée en cela par une réflectance plutôt contenue. Dans l’obscurité, l’écran est capable de descendre à 2,1 cd/m², assez bas pour ne pas esquinter les yeux. Enfin, il propose également un retard tactile limité de 60 ms.

Performances

En termes de performances, le Xiaomi Mi 9 est tout simplement irréprochable. Il embarque le tout nouveau SoC haut de gamme de Qualcomm, le Snapdragon 855. Ce dernier possède quatre cœurs Cortex A55 à 1,8 GHz pour la partie « little », trois cœurs Cortex A76 à 2,42 GHz sur la partie « big » avec un quatrième cœur pouvant fonctionner à 2,42 GHz. La configuration est suffisante pour être terriblement efficace sans jamais être poussée dans ses retranchements. En plus d’une fluidité à toute épreuve, le Mi 9 est donc capable de gérer le multitâche sans sourciller et sans chauffer.

Audio

Le Xiaomi Mi 9 ne propose pas de connectique mini-jack 3,5 mm. Il faudra donc faire avec l’adaptateur USB-C fourni. Par chance, il se révèle être de bonne qualité. Il propose ainsi une puissance de sortie convenable, une plage dynamique large et une distorsion minimale. Seule la diaphonie vient gâcher la fête en raison d’un son stéréo appauvri.

Photo

Sur son dos, le Mi 9 possède trois capteurs : le principal de 48 Mpx, le secondaire embarquant un très grand angle et un dernier doté d’un zoom optique 2x. Un trio intéressant, offrant de larges possibilités à l’utilisateur.

Le tout est enrobé dans l’application photo de Xiaomi, plutôt complète et réactive. C’est un capteur Sony IMX586 48 Mpx combiné à un objectif ouvrant à f/1,8 qui fait office de module principal. Utilisant la technique du pixel bining pour attraper davantage de lumière cet appareil réalise donc des photos en 12 Mpx par défaut (48 divisé par 4).

En pleine luminosité, les clichés sont tout juste au-dessus de la moyenne. La scène est claire, mais la reproduction des couleurs reste un peu fade et le lissage gomme les détails. Un effet de vignettage est également à noter. Il est nécessaire de passer en mode 48 Mpx, une démarche très aisée dans l’application, pour profiter d’un traitement logiciel moins important et de clichés de meilleure qualité.

En basse luminosité, Xiaomi a trouvé la solution dans le lissage. Un choix offrant une scène toujours claire sans bruit, mais avec une perte de détail accentuée. Un choix qui se ressent également, dans une moindre mesure, à 48 Mpx ou en mode nuit.

Si le module principal révèle les quelques limites du traitement de Xiaomi, il faut cependant saluer l’effort du constructeur de proposer trois modules pour le prix d’un. Ce choix très inspiré offre une panoplie de possibilités à l’utilisateur. A l’avant, le module photo de 20 Mpx propose des selfies de bonne qualité. Il est cependant nécessaire de désactiver le lissage pour en profiter de manière réaliste. Présent dans les différentes options offertes par l’application, le mode portrait embarque un bokeh logiciel assez réussi. Il permet de détourer efficacement, même les cheveux bouclés, mais se contente de flouter le fond sans apporter réellement d’effet supplémentaire.

Autonomie

Le Xiaomi Mi 9 possède un accumulateur de 3 300 mAh et une puce Snapdragon 855. Il faut bien avouer que ce smartphone s’en sort bien. Une utilisation classique de smartphone a mis 17 h 09 min à faire passer la charge sous la barre des 15 %. Un score tout à fait honorable. En s’équipant du chargeur fourni avec le smartphone, il faut environ 1 h pour recharger complètement le Xiaomi Mi 9.

BAFANG logo
BAFANG logo
E-MOBIL logo
E-MOBIL logo
FLAT-TRACK logo
FLAT-TRACK logo